ACCUEIL

 

Il y a deux variétés d’ananas cultivées au Bénin. Il s’agit de la Cayenne lisse et du Pain de sucre.

Pour bien digérer : Le taux d’acidité de l’ananas est de 0,9 g pour 100 g pour un fruit mûr, soit un très bon équilibre sucré/acide. L’ananas est donc très agréable à consommer. De plus, sa saveur acidulée stimule les sécrétions digestives. Les fibres sont très importantes dans la texture de l’ananas sous forme de cellulose et d’hémicellulose, ce qui permet de lutter contre la paresse intestinale.

Pour se revitaliser : Au niveau des vitamines, c’est la vitamine C qui prime. D’autant plus que sa teneur reste stable grâce à l’épaisseur de l’écorce et l’acidité du fruit qui aident à le préserver. Les vitamines du groupe B sont bien représentées. Il y a peu de vitamine E, celle-ci s’associe à la vitamine C pour un effet anti-oxydant. Une bonne chair colorée et une écorce orangée contiendront plus de carotènes (provitamines A) qu’un fruit tout pâle.
L’enzyme clé de l’ananas : Autre élément important : la brolémine. Il s’agit d’une enzyme qui aide à la digestion des protéines et donc de la viande consommée durant le repas. Mais son action est inhibée sous une forte chaleur. Cette enzyme est très utilisée en pharmacie, notamment pour soigner les tendinites et autres inflammations musculaires.

Peu calorique, il s’intègre à tous les menus : La composition de l’ananas se rapproche de celle des fruits français : pomme, prune ou poire. En effet, son apport énergétique est faible : 52 kcalories, soit 217 kJoules pour 100 g. Ainsi, consommé comme un dessert délicieux et rafraîchissant, une portion (150 g) n’apporte que 80 kcalories ! Il s’intègre parfaitement à tous les menus.